logoFondationUnCoeur «On reconnait le degré de civilisation d’un peuple à la manière dont il traite ses animaux». Gandhi.

La fondation Un cœur, sous l’égide de la fondation de France,  a pour objectif de contribuer à la protection de la biodiversité animale et la préservation des espèces notamment par le soutien à l’enseignement,  la recherche consacrée au diagnostic et aux thérapies en cardiologie vétérinaire et de mettre le vétérinaire et l’animal au cœur des  programmes de soutien aux personnes en difficulté (enfants malades,  personnes handicapées, orphelins, personnes âgées,  etc.

Voici une belle histoire, comme on les aime ! Une intervention novatrice vient d’être réalisée pour tenter de sauver Preston,

Une intervention novatrice vient d’être réalisée pour tenter de sauver Preston, Golden Retriever de 8 mois atteint d’une grave et rare malformation cardiaque, déjà en voie de décompensation : un instrument spécial a pu être positionné dans une de ses chambres cardiaques pour couper et ensuite écraser un obstacle épais et rigide qui bloquait le passage du sang, le tout sans ouvrir le cœur (intervention dite « endovasculaire »). Preston s’est très vite rétabli et commence même déjà à courir. Devant la gravité de son affection, il va néanmoins devoir rester sous étroite surveillance médicale. Merci à la Fondation Brigitte Bardot, à la Fondation Un Coeur, à divers donateurs, aux équipes de l’Unité de Cardiologie d’Alfort et de l’IMMR (Paris), qui se sont mobilisés pour cette intervention. Un grand merci, entre autres, aux Drs N. Borenstein, V. Saponaro, E. Trehiou-Sechi, P. Passavin, C. Poissonnier, au Pr V. Chetboul ainsi qu’au Dr. M. Roche-Catholy dont le poste est financé par la Fondation Un Coeur, pour leur implication dévouée. Un grand merci également aux propriétaires de Preston de nous avoir accordé leur confiance

Tous unis pour offrir le plus beau Noël à Nana,
une chienne formidable au service du handicap !

Nana est une jeune chienne Berger Allemand au quotidien pas comme les autres : elle accompagne sa maîtresse, éducatrice spécialisée, sur son lieu de travail (l’EPNAK). Au sein d’une classe accueillant des enfants autistes, Nana aide ces derniers à développer des liens affectifs, à devenir responsables, et à mieux vivre avec leur handicap.
Cependant, atteinte d’une maladie cardiaque grave, elle a dû arrêter de travailler pour se reposer. Afin de lui donner une chance de reprendre sa généreuse mission, les propriétaires de Nana, la Fondation Un Cœur, la SPA et plusieurs donateurs se sont mobilisés pour lui permettre de bénéficier d’une intervention endovasculaire.
Grâce aux équipes conjointes de l’UCA et de l’IMMR Paris, la malformation de Nana a pu être totalement corrigée. De retour dans son foyer, les propriétaires de Nana ont été heureux d’avoir pu partager cette fin d’année à ses côtés. Nana devrait pouvoir reprendre son merveilleux travail dès le mois prochain !
L’histoire de Nana est la belle illustration des missions premières de la Fondation Un Cœur : soigner l’animal et aider l’homme !
Un grand merci à la SPA, à la Fondation Un Coeur, aux donateurs, à toute l’équipe de l’IMMR et de l’Unité de Cardiologie d’Alfort, et plus particulièrement le Dr Nicolas Borenstein, le Dr Olivier Chevènement, Mme Lamia Abassebay, Mme Morgane Riau, le Pr Valérie Chetboul, le Dr Vassiliki Gouni, le Dr Emilie Trehiou-Sechi, le Dr Vittorio Saponaro et le Dr Peggy Passavin.

Du 13 au 24 juin 2015, la Fondation Un Cœur et l’association vétérinaire Yaboumba ont mené une mission au Costa Rica pays qui possède à lui seul 6 % de la biodiversité mondiale. Plus de 25 % du territoire est occupé par des parcs nationaux et des réserves.
Nos 11 vétérinaires sont allés à la rencontre de leur confrère le Dr. Mauricio Jiménez Soto de l’Ecole vétérinaire de l’Université Nationale du Costa Rica. Ensemble ils ont travaillé pour découvrir et étudier le cœur des paresseux, organisé des conférences à l’université de San José et enfin, aidé d’autres confrères locaux sur des cas cliniques difficiles.
Les paresseux sont des mammifères arboricoles d’Amérique tropicale. Ils présentent un mode de vie original : ils sont presque toujours suspendus à l’envers dans les arbres et se déplacent avec lenteur. Ils possèdent de longues griffes. Les paresseux de la famille des Bradypodidae sont aussi appelés « aïs » (nom venant de leur cri), chacun de leurs membres se terminant par trois doigts griffus, ce qui les distingue des « unaus », , qui ne présentent que deux griffes à chaque main. Bradypus variegatus (Xenarthra, Bradypodidae) et Choloepus hoffmanni (Xenarthra, Megalonychidae) sont des espèces réparties dans la forêt tropicale humide des régions Carribéennes et Pacifiques du Costa Rica. Ces deux espèces sont menacées principalement par la déforestation, l’agriculture et l’augmentation de l’activité humaine. A cause de cette nouvelle proximité avec les humains, les paresseux sont de plus en plus détenus comme « animaux de compagnie » par les populations locales. Le Costa Rica possède de nombreux paresseux en captivité dans des zoos ou des centres de sauvegarde, essentiellement à des fins pédagogiques. Les paresseux intriguent les scientifiques de part leur physiologie si particulière, et leur comportement. Ils sont donc très étudiés, dans leur environnement et en laboratoire. Cependant, contrairement aux fourmiliers et aux tatous pour lesquels il existe une littérature médicale abondante, il n’y a que très peu de publications les concernant. Le but de ce projet a donc été, en collaboration avec l’Université vétérinaire de San José, de mener une étude pilote en échocardiographie chez ces doux animaux.
Les animaux inclus dans cette étude provenaient de deux centres de sauvegarde : Costa Rica Animal Rescue Centre (CRARC) et Kids SavingThe Rainforest (KSTR).
Nous avons publié les résultats de cette étude dans la revue scientifique : Journal of Veterinary Science & Medical Diagnosis, sous le titre « Feasibility, Within-Day and Between-Day Variability of Transthoracic Echocardiography in Sloths (Bradypus Variegatus and Choloepus Hoffmanni).

Outre l’aide que nous avons pu apporter à des centres de soins et de nos conférences à l’université de San José, notre mission a revêtu une portée hautement scientifique par la publication de nouvelles données en cardiologie sur les Paresseux.