Témoignage de Robert J.Y. MORAILLON

Robert J.Y. MORAILLON           Ayant enseigné pendant plus de 40 ans la médecine interne des équidés et des carnivores à l’Ecole Nationale vétérinaire d’Alfort, j’ai participé à l’évolution spectaculaire de cette discipline en favorisant la création des spécialisations.

Parmi celles-ci, l’une des premières fut confiée à mon collègue, le Professeur Jean-Louis POUCHELON qui a développé la cardiologie des animaux de compagnie. Sous son impulsion, des progrès considérables ont permis une amélioration importante du diagnostic et du traitement des principales cardiopathies du chien et du chat.

Le Professeur Valérie chetboul qui fut l’une de nos premières internes a contribué très efficacement au fonctionnement et au développement de l’Unité de Cardiologie d’Alfort (UCA) dont elle a pris la direction depuis plusieurs années. Son activité scientifique a donné lieu à de très nombreuses publications dans la presse internationale et elle a su créer une équipe mondialement reconnue, développant en France des collaborations en matière de recherche avec l’unité de cardiologie de l’hôpital Henri Mondor à Créteil et avec le service de chirurgie cardiaque du Professeur François LABORDE à l’Institut Montsouris.

Les travaux cliniques de cette unité ont permis la mise en place de techniques de pointe en chirurgie cardiaque appliquées à différentes espèces animales. L’amélioration du diagnostic précoce de certaines cardiopathies permet, en collaboration avec les clubs de races canines et félines, de sélectionner des animaux indemnes utilisés pour l’élevage, ce qui aboutit à terme à l’éradication de certaines malformations cardiaques. Ces nouvelles possibilités ont une importance particulière lorsqu’il s’agit d’investir des sommes considérables dans l’élevage et le dressage de certains animaux destinés à aider les personnes handicapées (chiens d’assistance aux handicapés moteurs, aux non-voyants, aux autistes) : la nécessité de reformer certains animaux dont la maladie n’a pas été détectée à temps constitue un drame pour la personne handicapée et une perte économique importante. La détection précoce de ces cardiopathies est ainsi essentielle.

Les travaux poursuivis par l’Unité de Cardiologie d’Alfort s’appliquent également aux animaux exotiques et des programmes de détection précoce des cardiopathies congénitales s’appliquent parfaitement à certaines espèces sauvages dont la sauvegarde devient problématique en raison de la consanguinité qui règne chez les animaux de ces espèces.

La fondation «  Un Coeur », créée par Mme Anouk AIMEE et M. Jean GLAVANY, destinée d’une part à soigner les animaux et aider les équipes dont c’est la vocation et, d’autre part, à maintenir la biodiversité, est le fruit d’une excellente initiative qui mérite d’être soutenue par les amis des animaux.

Robert J.Y. MORAILLON

Docteur Vétérinaire, Professeur émérite,

et Directeur honoraire de l’Ecole Nationale Vétérinaire d’Alfort

Commentaires désactivés.